Combo Millénium, suite : « La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette. »

millenium2

Part 2

« La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette. »

Stieg Larsson

Ed. Actes Sud, 653 pages, 23€

Ce deuxième volet de la sage Millénium était attendu. Et ca détonne dès le début! Le prologue nous rappelle tout de suite le style de Larsson. On ne reconnait ni le personnage ni les lieux.

Lisbeth Salander s’est fait la malle à la fin du tome 1.Elle s’est en fait fait un tour du monde, pour au moins 1 an. Mais comme si le destin s’était entêté, elle finit par retomber sur Super Blomkvist quelques semaines après son retour. Bien sur, les circonstances sont très Salanderesque…

Effectivement Mikael Blomkvist la trouve en train de se faire agressé par 2 grands colosses dont un blond à queue de cheval à gros ventre. Elle s’évanouit encore une fois dans la nature, mais sa disparition devient LE centre d’intéret majeur tout au long du bouquin. Car s’ensuit 3 meurtres, dont le tuteur de Lisbeth, et 2 investigateurs pour le compte de Millénium, et elle est tout indiqué pour être désignée coupable.

Et il ne manque plus que ca pour lancer Blomkvist le « premier de la classe » pour s’acharner sur les coupables. En effet, Dag et Mia, plus que des investigateurs étaient des amis à Mikael, et maintenant que Lisbeth est devenue l’ennemi public numéro un (ou presque), il ne peut s’empêcher de vouloir la croire innocente et la protéger. Voilà encore le bout du nez de l’amour, mais n’en attendez pas plus que ca pour des démonstrations, ce tome-là est consacré à la chasse. Chasse à Lisbeth, la gouine satanique, ou la chasse au meurtrier menée par le chef des investigations policières Bublanski, ou encore la chasse à la vérité menée par Mikael lui-même.

Chasse signifie rythme essoufflant, et Larsson n’a pas loupé son effet. La chronologie des faits racontée par l’auteur ne nous convainc pas de la culpabilité de Lisbeth, en tout cas je n’ai jamais douté de son innocence pour les meurtres de Dag et Mia. On en peut plus de vouloir tourner les pages encore plus vite pour savoir finalement ce qui s’est réellement passé.

On voit une Lisbeth plus humaine qu’auparavant, elle est acculée face à elle-même et l’on s’insinue dans sa tête pour connaître son intimité.

Le petit détail qui m’a marqué et qui m’a après coups décrocher un rire : la finesse des titres que Larsson donne à ses parties. « Terminator mode », c’est d’une justesse appréciable!

Petite interrogation que je me pose :

[ATTENTION SPOILER] Je ne comprends pas l’utilité qu’a ressenti l’auteur pour donner une sœur à Lisbeth. Bien sur le contexte de « sœur jumelle » ouvre la porte de complexification au niveau psychologique (il devient plus probable que les méandres intérieurs de Lisbeth soient plus ténus et plus incompréhensible aux autres). Mais c’est la seule raison que je vois. A mes yeux, il n’y a que ce détail de superflu dans les lignes du roman.

Enfin, l’analyse de la couverture et du titre : en couverture, cette fille, cheveux courts et corbeaux, est-ce Lisbeth ou Miriam Wu? Toutes deux sont plutôt « classées » punk-rock, vêtement noir, collier ras du cou en cuir passent donc. Et elles sont toutes deux fumeuses. Je pencherai pour Mimmi, car elle a de beaux yeux, un peu en amande, et Lisbeth aurait eu surement les yeux fixant le sol ou en tout cas plus petit…

Le titre… Bien sur il fait référence à la jeunesse de Lisbeth, mais il se relie aussi à la fin du livre. Mais également au prologue. Et ce prologue justement me pose un vrai problème de compréhension. Qui est-ce? Lisbeth à ses treize ans? Mais qui est alors l’homme roux? Le docteur?

Si vous avez une réponse..

n’hésitez-pas à me venir en aide!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s