9. Max de Michel Quint

Dans le cadre d’un partenariat avec la maison d’édition Pocket jeunes adultes avec le Mag’à lire.

Résumé :

Agathe Langlois est étudiante en histoire antique, et nous sommes en 1943 à Lyon. Le régime de Vichy sévit, et tous les mouvements suspicieux sont matés. Mais elle n’a que faire! Jeune, ambitieuse (elle veut tenter l’agrégation), elle est surtout amoureuse, de Maurice d’abord, mais surtout de la vie. Son père est en zone occupée, elle ne peut donc pas voir de ses nouvelles, et sa mère est décédée il y a peut, lors d’un bombardement de gare.

Jean Moulin, alias Jacques Martel, alias Max est chef de la Résistance en France, sous les ordres de De Gaulle à Londres. Alors que les mouvements de la résistance sont désarticulés et anarchiques, et que la pression monte, il est désigné pour unifier ses petits groupes en une grande unité pour la liberté de la France. Grand boulot.  Grand risque.

Un jour de janvier 1943, ses deux voisins vont se croiser dans un café, et sur fond d’héroïsme va se dessiner la croisée des destins.

Mon avis!

Inutile de vous raconter les faits historiques, on ne peut pas tenter d’être original. Mais plus que des faits factuels, on assiste ici à l’épanouissement d’une jeunesse en temps de guerre. A une époque comme celle-ci, où il fallait cacher le plus possible ses envies de rébellion, il est adéquat aujourd’hui d’essayer de clarifier ce grand mouvement qu’a été la Résistance. Je pense que le sujet a du être tortueux pour l’auteur, car il est toujours peu aisé de toucher à de grandes figures historiques, mais la touche féminine et dynamique que donne le personnage fictif d’Agathe ouvre à beaucoup de niveau sur quelque chose de plus malléable.

La lecture était très « agréable », avec un début et une fin situés en 1945 et une grande plongée dans le temps (tout le récit) qui nous ramène en 43. Le lien entre le développement et la fin est un peu flou, maison revient sur Agathe, ce qui peut nous faire penser qu’après tout, le personnage principal n’était pas Max.

Le découpage en partie alternée Agathe – Max était assez clair, on sent bien une différence de rythme dans la progression des évènements, bien que l’on peut reprocher à l’auteur d’être resté assez flou dans les parties Max. Est-ce parce que n’étant pas personnage de fiction, il ne pouvait pas se permettre d’inventer des actions? On sent ici la délicatesse nécessitée par une telle expédition..

Bref, se lit assez vite, intéressant pour qui est intéressé par cette période. Malgré quelques lenteurs, il en ressort de l’émotion non négligeable.

Publicités

Une réflexion sur “9. Max de Michel Quint

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s