14. Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de K. Pancol

Résumé :

La quatrième de couverture nous fait l’aveu que « Ce livre commence avec Gary et Hortense et se termine avec Gary et Hortense .. et des écureuils ».. Maigre découverte.. Mais en tout cas cela n’empêche pas les fans de soulever avec maints frissons et mordillements de lèvres cette fameuse première page.

Comme d’habitude, nous retrouvons les uns à la suite des autres, nos personnages, et résumer la situation pour chacun serait galère. Bref : Joséphine n’a toujours pas trouvé de sujet de livres, Zoé est au Lycée et elle est toute à son amoureux Gaétan. Hortense, elle, vit à Londres toujours, et continue ses rêves de femme reconnue et chahutée. Gary est à Londres aussi, ou il redécouvre sa passion pour le piano, alors que sa mère Shirley apprend à tomber amoureuse. Junior a grandi, il vise le statut de grand génie au grand dam de Josiane sa maman désillusionnée, pendant que son gros loup Marcel et sujet à un complot ourdi contre lui.

Mon avis?

  • Comme les tomes précédents, je pense que celui là aussi peut se lire indépendamment, certes, ca sera moins drôle.
  • Bien que les temps de narrations de chaque personnage est presque compté (assez homogène), cette fois, c’est du coté de Junior et d’Hortense que nous immigrons le plus avidement. Assez antipathique, cette dernière défait enfin le masque, mais finalement j’aurai presque préféré qu’elle reste peste puante jusqu’au bout.
  • La fin m’a un peu déçue quand même, un peu mélo-mélo. Mais bon, je ne chipote pas, je l’attendais depuis longtemps!
  • Les petits plus habituels, les digressions, certes moins nombreuses que les tomes précédents sur le moyen-âge, dommage. De l’humour, des situations cocasses, les personnages toujours aussi attachants.
  • Bref, je suis du style à lire les suites, parce que je suis intérieurement tiraillée de curiosité, mais je suis souvent lasse vers la fin. Pour le cas Pancol, elle a réussi à me mener jusqu’au bout sans impatience et j’espère même qu’il aura une autre suite. Encore!
Publicités

2 réflexions sur “14. Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi de K. Pancol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s