The sessions – Ben Lewin (avec Helen Hunt, John Hawkes, William H. Macy, Moon Bloodgood…)

The-Sessions-Poster11

2012 (sorti 6 mars 2013), 1h35 – Américain

Synopsis :  Mark O’Brien est atteint de la polio paralytique depuis l’âge de 6 ans (inflammation de la möelle spinale), mais il a brillamment fini ses études (surement de poésie) à l’université de Berkeley, et à l’âge de 38 ans, est poète/journaliste/porte-parole de la cause des handicapés… Malgré tout, cette âme vive enfermée dans un corps en dysfonctionnement l’a empêché de connaître l’amour, une des choses les plus importantes dans ce monde.

A la suite d’une déception amoureuse et surtout par la demande journalistique d’un article sur la vie sexuelle des personnes handicapées, et accompagné de sa superbe assistance de vie Vera, il va être amené de fil en aiguille à rencontrer une assistante sexuelle, Cheryl Cohen Greene, supposée éveiller en lui une conscience particulière de son corps.

the-sessions_poster

Impression : Du début jusqu’à la fin, j’ai été happée par ce film. Je trouve que rien n’a été sur-fait, tous les personnages ont le ton juste, les regards parfaits, et bien que le sujet du sexe puisse parfois rendre mal à l’aise, là, je n’ai jamais été intimidée ou mise à mal.

Je rappelle ici que ceci est une histoire biographique, et que Mark O’Brien a effectivement écrit un essai sur l’usage d’une assistante sexuelle par un handicapé moteur. Comme pour beaucoup d’histoire vraie, les acteurs ont dû se fondre dans leurs personnages, pour respecter au plus près la réalité. On peut donc affirmer que même si ce film est surement plus romancé que la réalité, Mark O’Brien a vraiment ce sens de l’humour piquant qui l’a aidé à vivre sa vie, sûr de sa valeur.

Je trouve ça étonnant et agréable de ne pas avoir eu affaire à un film qui dépeint la difficulté du regard extérieur sur une personne hors norme. Ici, tout l’entourage de Mark se comporte d’une manière normale et non nuancée par la maladie. La seule différence par rapport aux gens extérieurs est qu’ils font très attention à leurs actes quand ils manient le corps de Mark (on voit par exemple à la première rencontre Cheryl/Mark, que cette dernière n’étant pas habituée parait un peu plus brusque que les autres). Même le maître d’hôtel vers le milieu du film n’a pas l’air plus choqué que ça de voir Mark entièrement allongé sur un lit roulant.

La manière d’aborder le sexe est surement adoucie par la présence de la religion (qui était un élément pilier dans la vie du vrai Mark O’Brien), et débridée par le comique de toutes les scènes avec le Père Brendan (qui lui est un personnage entièrement fictif, même si effectivement Mark a réellement eu des liens étroits avec tous les Pères qu’il a été amené à rencontrer).

still-of-william-h.-macy-and-john-hawkes-in-terapie-speciala

Plutôt que la mise en avant du sexe, comme peut le supposer le synopsis ou l’affiche, c’est plutôt l’amour qui est mis en relief. L’amour gêné que l’on peut éprouver à l’égard de personnes handicapés, l’amour psychologique et son trompe-l’oeil de la tendresse et enfin l’amour qui nous tombe du ciel (BOOOM) qui nous prend entièrement, ni vu ni connu. JE trouve que ce film montre aussi comment toutes nos histoires se suivent, pourquoi Mark n’aurait jamais eu cette rencontre avec sa future compagne Susan Fernbach sans son histoire primaire avec Amanda, ni sans sa rencontre décisive avec Cheryl. C’est de l’amour simple, dénudé de tout drame psychologique, sans complexe, sans illusion, sans détour. Juste l’amour, comme on devrait se souvenir qu’il peut être aussi simple.

Bien sûr John Hawkes campe un Mark O’Brien super, tellement vibrant de vérité (il a même tenu pendant tout le tournage à se faire ajouter une balle en mousse de la taille d’un ballon de foot à la base du dos, pour faire ses scènes sans trucages et adopter la réelle position handicapante qu’ont les personnes atteintes de polio), mais certaines scènes de Helen Hunt sont particulièrement sidérantes (je comprends pourquoi elle a été nominée aux Oscars 2012 en tant que second meilleur rôle féminin)!

sessions3.jpg

Je pense qu’elle la première a dû intégrer bien solidement le fait qu’une assistante sexuelle n’est pas une prostituée, et ce point est clairement abordée dans le film, par les différences techniques, mais aussi par la relation que Cheryl va développer avec Mark. Sa prestance naturelle, la manière de commencer chaque session, son calme, son « professionnalisme », tout était vraiment bien joué. Et j’ai adoré son blush à chaque scène!

Ce film a été donc mis en avant aux Oscars (par la nomination de Helen Hunt aux Oscars et la nomination de John Hawkes en tant que meilleur acteur aux Golden Globes), et aussi aux festival Sundance et celui de San Sebastian où il a eu les deux fois le prix du public.

helen-hunt,-william-h.-macy,-john-hawkes-and-ben-lewin-at-event-of-terapie-speciala

En bref, allez voir The sessions, que vous soyez dans une petite passe comme moi et que vous voulez voir quelque chose de doux, de drôle mais de vrai à la fois, ou que vous soyez en pleine forme et qu’un bon petit film vous dit!

Pour finir, j’aurai aimé vous retranscrire les derniers mots du film, mais le poème était quelque peu long, et je n’ai pas brandi mon stylo assez vite. Mais heureusement pour nous, tout ceci étant une histoire vraie et Mark O’Brien étant un vrai poète, je vous l’ai retrouvé sur internet (en anglais) :

let me touch you with my words
for my hands lie limp as empty gloves
let my words stroke your hair
slide down your back
and tickle your belly
for my hands, light and free flying as bricks
ignore my wishes and stubbornly refuse to carry out my quietest desires
let my words enter your mind
bearing torches
admit them willingly into your being
so they may caress you gently
within

PS : Et croire que c’est le réalisateur de Ally McBeal qui a fait cette merveille de sensibilité!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s