Real steel – Shawn Levy (Hugh Jackman, Dakota Goyo, Evangeline Lilly, Kevin Durand…)

Real-Steel-Affiche-Finale-France

19 octobre 2011, 2h07 – américain

Grâce aux initiatives de Canal + pour rameuter plus de clients, ils nous ont permis pendant 3 jours à accéder aux films qu’ils proposent! Merci Canal!

C’est donc à cette occasion, que j’ai pu me rattraper sur Real Steel, que j’avais loupé à sa sortie au cinéma.

L’histoire : Charlie Kenton est un ancien boxeur professionnel qui, dans ce monde du futur n’a plus sa place. Les robots (énormes robots) ont remplacés les hommes sur le ring, car les hommes réclamaient plus de sang et plus de violence. Charlie est un pauvre type qui ramasse où il peut des débris de robots pour les assembler et les faire combattre, ce qui lui paye juste assez sa vie. Bailey Tallet, la fille de son ancien entraîneur de boxe défunt, est sa seule amie, qui elle aussi se bat contre les factures.

Charlie, sans délicatesse, sans coeur, s’en sort comme il peut dans ce monde qui ne demande ni délicatesse ni cœur. Jusqu’au jour où son films Max va débarquer dans sa vie.

L’impression : Au départ, j’étais assez sceptique. Vu comme ça, l’histoire parait pauvre, et basée sur les mécaniques (muscles, ferrailles, huile, ring etc…).  Et puis les robots, c’est pas trop mon truc (Transformers a été révolutionnaire, puisqu’il a réussi à passer le test!).

Mais finalement, en me lançant assez légèrement dans ce film, sans en attendre quoique ce soit de plus qu’un bref divertissement, c’est plutôt bien passé.

Les histoires de famille, ça me touche pas mal (comme beaucoup de gens qui ont quelque peu vécus), et la relation que Charlie créé avec Max est assez réaliste. Entre vrais hommes, comme il se doit, les deux protagonistes ne se parlent presque jamais de coeur à coeur, ne se livrent pas, et le lien passe par quelque chose d’extérieur (ici les robots).

La progression du caractère de Charlie est vraiment naturelle : pas de drôle d’à coup, pas de renversement soudain de situation.

Et puis, Hugh Jackman m’a bien séduite dans Wolverine, donc j’ai aussi voulu le voir dans un autre rôle. Même s’il a un visage un peu maigre, il joue très bien les sans coeur, et son sourire gai relève la fin du film de manière agréable.

large_574032

Comme dans beaucoup de film masculin, ici aussi, la figure féminine était nécessaire. Et bien que Evangeline Lilly soit souvent montré avec des shorts hyper short et des décolletés assez significatifs, elle donne plus une présence douce et humaine que sexy (ce que j’ai apprécié).

Elle a un sourire un peu triste, qui colle bien avec la situation.

REAL STEEL

N’oublions pas Dakota Goyo (je croyais que Dakota était un prénom de fille…) qui tient tête à Jackman : il a un jeu fluide et engagé qui est prenant.

Et puis sa petite bouille contente nous ravie (sourire très communicatif).

maxresdefault

BREF? Un petit film sympa pour un bon moment, appuyé d’une bonne réflexion sur les liens de paternité.

6/10

Publicités

Une réflexion sur “Real steel – Shawn Levy (Hugh Jackman, Dakota Goyo, Evangeline Lilly, Kevin Durand…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s